lnu.sePublications
Change search
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association-8th-edition
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf
Coordination et subordination dans quelques séquences narratives du français actuel
Göteborgs universitet.
1989 (French)Book (Other academic)
Abstract [fr]

Dans la prose littéraire du suédois ou de l'anglais, pour exprimer des actions qui se succèdent dans le temps, on recourt généralement à la coordination (et à la juxtaposition) de propositions principales: 'Han reste sig, gick fram till fönstret och öppnade det', 'He rose, walked up to the window and opened it'. Telle n'est pas la situation en français, où l'existence d'un certain nombre de formes propositionnelles à fonction subordinative donne naissance à une prose narrative sémantiquement plus nuancée et stylistiquement plus variée. De ces formes propositionnelles il faut surtout retenir la participiale, la relative et l'infinitive: 'Se levant, il alla à la fenêtre qu'il ouvrit', 'Il se leva et allant à la fenêtre, il l'ouvrit', 'Il se leva et alla à la fenêtre pour l'ouvrir', etc.

L'objet de l'étude est de déterminer le répertoire structural de ces séquences narratives et de voir quels facteurs sémantiques et syntaxiques sont à la base de leur différenciation structurale. Voici quelques-uns des principaux résultats de l'enquête:

1) Le choix de la structure appropriée repose essentiellement sur des facteurs sémantiques (degré d'unité, de connexité, d'emphase), mais des considérations stylistiques interviennent également.

2) Les séquences tripartites (avec trois constituants narratifs) atteignent une fréquence presque aussi élevée que les séquences bipartites.

3) A la différence de celles-ci, les séquences tripartites sont rarement exclusivement coordinatives. Le nombre de structures relevées dans le corpus s'élève à 20, dont la majorité sont bien établies dans la langue.

4) Dans les séquences à quatre constituants narratifs ou plus, aucune structure subordinative n'atteint une fréquence tant soit peu élevée, ce qui tient surtout au fait que le nombre de constructions différentes mises à contribution augmente avec le nombre de constituants narratifs. La structure coordinative est ici inexistante.

5) La grande majorité des séquences narratives sont progressives (identité entre l'ordre des constituants dans la phrase et l'ordre des actions dans le temps). Cependant, par quelques procédés syntaxiques, cette progressivité peut se trouver annulée. Le résultat en est une séquence régressive: 'Il prit les vêtements qu'elle lui tendait' (cf.: 'Elle lui tendit des vêtements qu'il prit').

Place, publisher, year, edition, pages
Göteborg: Acta Universitatis Gothoburgensis , 1989. , p. 99
Series
Romanica Gothoburgensia ; 38
National Category
Specific Languages
Research subject
Humanities, French linguistics
Identifiers
URN: urn:nbn:se:lnu:diva-8925ISBN: 91-7346-215-2 (print)OAI: oai:DiVA.org:lnu-8925DiVA, id: diva2:356471
Available from: 2010-10-12 Created: 2010-10-12 Last updated: 2018-01-12Bibliographically approved

Open Access in DiVA

No full text in DiVA

Authority records BETA

Eriksson, Olof

Search in DiVA

By author/editor
Eriksson, Olof
Specific Languages

Search outside of DiVA

GoogleGoogle Scholar

isbn
urn-nbn

Altmetric score

isbn
urn-nbn
Total: 76 hits
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association-8th-edition
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf